2ème Etape:La Chapelle-aux-Filtzméens

Trans la Forêt - La Chapelle aux Filtzméens

        

 

 

Sept-heure du matin, je suis réveillé par les gazouillis des oiseaux, cette première nuit, ne fut pas de tout repos, Je réemballe mon matériel et j’étends mes affaires encore trempées de l’étape de la veille sur un cordeau à linge installé entre les bras du chariot (très pratique), je rechausse mes chaussures encore  humides. Je prends mon café noir (car pas de lait), je remplis ma gourde  d'eau fraiche et mon thermos de café noir, bien chaud. Je finis de tout ranger, un  petit peu de vaisselle et 08h15, je prends enfin la route, direction Meillac (pour l’instant).Au fil des kilomètres en consultant mon  GPS, je vois que je peux bifurquer à  Combourg vers la Chapelle aux Filtzméens,  Img 20140429 00982huit kilomètres de plus sur le trajet programmé, mais cela  peut me faire gagner une demie-étape. Je décide donc de prendre cette option, on verra si cela s’avère payant ? Le temps est au beau fixe avec un ciel molletonneux qui se dessine à l’horizon,  propice d'une belle et longue étape aujourd’hui. Le profil de l’étape est relativement plat, je compte arriver vers les seize-heures avec deux poses programmées, je pense que  ne ce n’est pas mal ! La matinée se passe sans encombre, une petite pause déjeuner d’un quart-heure à 12h45.

                     14h15 tapant, je rentre dans Combourg, je suis en avance, je m’autorise  donc de boire une petite bière, je trouve un café sur la place de l’église: Comme toujours, il y a un café sur une place d’église. Cet après-midi, il y avait foule sur le parvis de l’église, la plupart vêtu de noir, je devine donc un enterrement! Je n'y  prête aucune attention particulière, je consomme paisiblement ma bière, pour le compte, j’ai pris une cinquante, j’ai même enlevé mes chaussures, histoire de dégonfler et aérer mes pieds quand soudain, mon regard se porte sur un couple entrant dans le café, il semble sortir tout droit  d’un film de JP Mocky, lui habillé d’une chemise bleue délavée largement ouverte sur une croix, veste noire chiffonnée et un jean dans un état ! Une cigarette dans une main et dans l’autre le paquet, une barbe noire de trois jours, elle grande mince, presque squelettique, les mollets de Jeannie Longo, une robe noir moulante toute froissée, arrivant au-dessus de genoux calleux et  tenant dans la main une rose rouge comme on tient un parapluie. Quelques minutes plus tard, un autre couple du même acabit, arriva, ils enterrent la copine, et  au vue de la conversation qu’ils tiennent cela devait être une ‘’sacrée’’, comme on dit chez nous, et comme ils disent : «  elle devait  y passer tôt ou tard! » Original n'est-ce pas!

                   En repartant, profitant d’un super marché sur ma route je fais quelques courses.

                   Avec tout  cela, j’ai pris du retard, beaucoup de retard !  je presse le pas, pour arriver vers les 17h30. 17H15, camping  en vue. Je n’ai fait aucune réservation, je devais faire du sauvage à Meillac, le panneau d'entrée m'indique ‘’ Domaine du logis 5 étoiles ‘’ Ouille ! !ouille ! Ouille ! la note va être salée! Le principal, c’est, quand même avoir un emplacement. Je pénètre jusqu'à l’accueil, on verra bien, Quelques sourires aux lèvres des personnes présentes en me voyant débarqué ainsi, un mec traînant un chariot, ils en ont certainement pas vu des milles, dans les environs, alors je comprends maintenant leur surprise ! Je me présente comme pèlerin sur St Jacques, je leur montre mon crédencial et je leur demande s’ils auraient un emplacement pour la nuit,

-       Oui, me répondent-ils.

-       Combien la nuitée?

-       Le peu de pèlerin que l’on par ici, pour cette année vous le premier, je vous le fait gratuit, vous, allez jusqu’ à Saint Jacques de Compostelle?

-       Merci beaucoup, c’est sympa de votre part, je passe par la voie littorale.

-       Ce n'est pas le chemin habituel, par ici.

-       Je passe par Saint Anne d’Auray, Savenay, Nantes, la Vendée, Royan, les Landes  et le Carmino Del Norte, ce n’est pas la plus connue, on verra.

-       Bravo, vous, pouvez profiter des installations du camping, laverie, douches et le bar.

 Avant de les quitter, ils me tamponnent, mon crédencial, je les salue et les remercie encore et je  pars m’installer sur mon emplacemImg 20140429 00983ent. Le temps est beau, je dîne en plein air, je vais sécher mon linge encore trempé de la veille. Une vrai aubaine et bien vu d’avoir allongé cette étape. Avant de me coucher je  décide de prendre un café au bar,  cela m’a permis de discuter avec le jeune serveur, pendant une petite heure.

-  Bonne soirée et bon chemin!  me dit-il avant de se quitter.

-  Merci! Pour tout et au revoir.

Sur ce je me couche, un peu plus sécurisé que la nuit précédente.

 400 f 35878503 wwwa6lkhksh7c17njg7bepy2izarwkdi

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×